Services médicaux

L'étude de la sécrétion de la prostate

L’examen de la sécrétion de la prostate est un élément important du programme de dépistage de la santé sexuelle des hommes. Le secret est une substance liquide légèrement blanchâtre. Il est sécrété pendant les rapports sexuels, en passant par la lumière de l'urètre. Le jus est mélangé avec le produit de la production de vésicules séminales et de glandes à cuivre. Ensemble, cela forme un liquide séminal complet.

Les spermatozoïdes le rejoignent plus tard. Après l'activation de l'éjaculation, le sperme prêt à l'emploi commence à être excrété. Un tiers du sperme n'est que le secret de la prostate.

La production de jus est contrôlée par la partie glandulaire de la glande qui représente anatomiquement un tube creux. Ils s'ouvrent dans l'urètre en raison de l'activité vigoureuse des muscles lisses dans cette partie du corps.

Pourquoi le secret de la prostate est important pour les hommes

Une grande partie des problèmes sexuels est simplement liée au fait que la norme de composition du secret présenté est inaccessible pour certains hommes malades. Le jus est une sorte d'oreiller de protection pour l'activation du sperme, qui a déjà réussi à sortir des limites du corps masculin. Grâce à lui, le sperme passe intact dans l'urètre.

D'un point de vue chimique, un fluide blanchâtre vise à créer un environnement neutre dans l'urètre. Dans une situation normale, le sperme mourrait rapidement, car l'environnement naturel de l'urètre est un environnement acide.

Un autre devoir fonctionnel important du jus est la capacité de rendre le sperme fluide. Sinon, il serait difficile de le transmettre à la sortie, ce qui accélèrerait considérablement son passage dans l'urètre.

La composition du produit glandulaire est un terreau idéal pour le sperme, riche en substances biologiques. De plus, il agit comme une sorte de protecteur de l'activité antimicrobienne. Cela signifie que les organes génitaux masculins seront moins susceptibles d'être attaqués par divers agents infectieux.

De ce qui précède, il découle que tout écart, même insignifiant, dans la composition a de graves conséquences sur la capacité de l’homme à reproduire sans problème des enfants en santé. À l'aide de l'analyse, il sera possible d'identifier la valeur réelle du secret sécrété.

Composition biochimique

La composition biochimique normale du jus est un tableau inchangé de composants. La majeure partie provient de l'eau, qui alloue environ 95% du total. Tout le reste entre eux en parties inégales est réparti:

  • acide citrique;
  • des enzymes;
  • les prostaglandines;
  • le fructose;
  • le maltose;
  • la spermine;
  • les immunoglobulines, également appelées structures protéiques.

Parmi les enzymes, non seulement la phosphatase est isolée, mais également la fibrinolysine, ainsi que la fibrokinase, l'hyalorunidase.

Les sels sont considérés séparément, qui sont représentés ici par deux groupes: les métaux alcalins et non alcalins. Les premiers comprennent le potassium et le sodium et les derniers, le calcium et le zinc. Mais les indicateurs de la norme doivent également inclure des quantités minimales:

  • les phosphates;
  • les chlorures;
  • les citrates;
  • les bicarbonates.

Seul un examen microscopique détaillé permettra au médecin de confirmer ses soupçons concernant la maladie de son service. Pour ce faire, il sera aidé par les inclusions prescrites dans la conclusion de l’assistant de laboratoire, qui sont divisées en un duo de catégories:

  • cellule;
  • non cellulaire.

Le premier concerne le contenu des leucocytes et des cellules de l'épithélium desquamé. Et le second repose sur les paramètres des grains de lécithine, des cristaux de cholestérol et des corps amyloïdes.

Diagnostic du processus inflammatoire

Le fait de déchiffrer les données obtenues à partir de l’analyse aide à diagnostiquer l’inflammation dans les tissus de la prostate. De plus, il est possible de corriger les déviations même au stade initial du développement de la maladie, si l’on opère en outre avec des examens cliniques auxiliaires. Une approche intégrée est la clé d'une évaluation de haute qualité de l'état fonctionnel de la glande ainsi que de son fluide produit.

Le plus souvent, une étude est prescrite si l'urologue traitant suspecte une prostatite chronique de son service. Si la supposition est confirmée, alors même l'agent causal du processus infectieux peut être établi. Le laboratoire travaillera même à déterminer la sensibilité de l’infection détectée à divers groupes de médicaments antibactériens.

Une telle approche approfondie garantit un traitement alternatif plus efficace, ce qui raccourcit la période de traitement et évite également la longue sélection de médicaments ayant des effets secondaires importants.

La plupart des cliniques utilisent encore la technologie de microscopie optique pour de tels tests. Le principe consiste à étudier une préparation tachée, qui a été appliquée à l’avance sur une lame de verre.

Mais les méthodes innovantes sont allées plus loin en choisissant des solutions microbiologiques pour le test. Nous parlons de semis, qui est l'application de fluide biologique au milieu nutritif dans une boîte de Pétri.

Dans le même temps, le laboratoire crée des conditions idéales pour la propagation d'agents pathogènes.

À l'aide de telles astuces médicales, il s'avère établir la sensibilité de l'infection à un certain groupe d'antibiotiques. En terminologie médicale, on appelle cela la composition d'un antibiotique. C'est ce point qui joue un rôle presque décisif pour un traitement productif.

Le seul inconvénient de la méthode est une durée assez longue, mais l'exactitude des informations sera à la hauteur des attentes.

Une autre option d'examen est la réaction en chaîne de la polymérase. La procédure est une variante de la nouvelle génération, ce qui simplifie le contrôle de la présence de microorganismes pathogènes. L'analyse du jus est effectuée à l'aide d'un équipement spécial, satisfaisant pour des résultats plus précis.

Comment faire un échantillonnage de matériel

Le fait de savoir si l'analyse s'avère directement dépendante du fait que l'échantillonnage du matériel biologique a été effectué correctement dépendra directement. Nous devrons accepter le fait que la manipulation n’est pas l’une des plus agréables, mais nous devrons agir conformément au protocole médical élaboré.

La façon dont la clôture est faite dans différents hôpitaux ne diffère pas dans l'algorithme des actions si l'établissement médical adhère aux règles. Mais seul un spécialiste devrait tout faire.

La phase préparatoire n’est pas difficile - il suffit d’aller aux toilettes pour vider la vessie. La préparation sera un peu plus compliquée si la victime est toujours aux prises avec un processus inflammatoire étendu. Ceci s’applique à la sortie involontaire de l’urètre. Dans un tel scénario, il est également nécessaire de rincer l'urètre avec une solution saline. Il s'agit de chlorure de sodium.

Ensuite, l'urologue doit masser la prostate, appliquer à l'avance des antiseptiques des mains et porter des gants de latex. Il devra insérer son index dans l'anus de la victime. Une fois que le médecin commence à exercer une pression sur les lobes de la glande, le processus consistant à isoler le matériel biologique de l'ouverture de l'urètre commencera.

Le liquide résultant est recueilli dans un tube à essai, qui doit être complètement stérile. Mais parfois, cela ne suffit pas et l’application de jus sur une lame de verre est toujours nécessaire.

Lors de déviations graves associées à des pathologies congénitales ou acquises, le massage de la prostate ne donne pas le résultat souhaité: le fluide ne se démarque tout simplement pas par l'ouverture de l'urètre. Par défaut, on considère qu'il est entré dans la vessie. Ensuite, il sera demandé au patient de vider la vessie dans un récipient stérile spécial.

L'urine collectée est passée dans une centrifugeuse médicale afin de recueillir la bonne quantité de matériau à tester. Mais les médecins préviennent que le rond-point donnera une image moins fiable de ce qui se passe.

Il vaut la peine de retarder le massage lorsque le patient présente des contre-indications. Le plus souvent, cela affecte l'inflammation des organes génitaux dans la phase aiguë du cours, ou les néoplasmes oncologiques.

Indicateurs de norme

Le médecin décrypte la conclusion du laboratoire. Il s'appuie sur le diagnostic des qualités morphophysiologiques de la sécrétion de la prostate, en se basant sur la norme médicale.

Il fournit les indicateurs suivants:

  1. La quantité de matériel devrait varier de 0,5 à 2 ml. Si la quantité s'avère être moindre, ce qui est causé par une difficile sécrétion de jus, cela signale une inflammation.
  2. La couleur devrait ressembler à un ton de lait dilué avec de l'eau. Mais blanc avec une teinte jaune, voire une transparence complète, fait allusion à la prostatite.
  3. La densité normale est de 1 022 unités. Il ne devrait y avoir aucune déviation par rapport au chiffre indiqué, et s’ils se produisent, ils parlent alors d’une pathologie en développement.
  4. La réaction du milieu reste neutre. Dans de rares cas, un écart minimal par rapport à l'indicateur alcalin est autorisé. Mais l'oxydation est le premier signe d'un processus inflammatoire. Des preuves indirectes montreront que les qualités fertilisantes du sperme disparaissent progressivement.
  5. L'examen microscopique des grains de lécithine devrait couvrir complètement le champ de vision. La norme est un indicateur de plus de 10 millions d'unités de corps lipoïdes par millilitre de jus. Si le nombre est loin du niveau typique, cela indique une inflammation. Parfois, les grains ne sont pas visibles du tout, ce qui indique le stade extrême de la maladie. Ces preuves indirectes indiquent souvent une altération de la fertilité des spermatozoïdes.

La numération des globules blancs est établie séparément et les spécialistes attirent des appareils spéciaux. Un nombre idéal ou proche de ce nombre devrait indiquer environ trois cent cellules pour 1 µl de matériel biologique. Mais si l’analyse est étudiée à l’aide d’un microscope standard, dont le coefficient de volume augmente jusqu’à 280, alors l’indicateur doit être égal à 10 leucocytes. Tant d'éléments doivent tomber à la fois. Mais si vous modifiez le facteur de grossissement à près de 400 unités dans les laboratoires de la clinique, le nombre devrait chuter à cinq cellules dans un seul champ de vision.

Si l’assistant de laboratoire ne parvient pas à déterminer un seul globule blanc, cela n’indique toujours pas un écart dans l’état de santé du patient. Mais une augmentation des normes approuvées de 1 μl est la première sonnette d'alarme.

L'absence absolue de globules rouges semble tout à fait normale, mais si plusieurs unités tombent néanmoins dans le champ de vision, ce n'est pas un motif d'inquiétude. Mais l'excès d'un seul niveau est parfois un argument de poids en faveur de tests supplémentaires pour les marqueurs du cancer. L'initiation d'une tumeur maligne, qui déclenche rapidement des métastases dans les tissus des glandes, sans traitement chirurgical, menace d'endommager les organes internes voisins.

Parfois, l'abondance de globules rouges indique une autre maladie, non moins dangereuse, à savoir un changement prononcé de la prostate, provoqué par des formes graves de prostatite.

Une attention particulière mérite les cellules de l'épithélium desquamé des canaux excréteurs. Si on ne trouve pas plus de deux morceaux dans leur champ de vision, tout est en ordre. Mais une augmentation dans la direction d'une douzaine indique que le mécanisme inflammatoire du type descamous a commencé dans le corps. Cela signifie l'activation du peeling pathologique de la muqueuse épithéliale.

Chez un homme en bonne santé, les cellules géantes ne sont pas retrouvées dans les analyses. Mais si le patient est malade, ils peuvent apparaître en lui, ce qui indique une inflammation de l'évolution chronique. La même chose se produira si une personne a la stagnation.

La situation avec les cristaux de Betther est un peu différente. C'est le nom des inclusions qui se forment lorsque le produit biologique mélangé de divers secrets du système reproducteur masculin se durcit puis se sèche. Il n'y a pas de cadre clair pour un état normal, les cristaux ne représentent donc pas une valeur diagnostique significative.

Cela signifie que, même s’il est possible de déterminer le nombre moyen d’inclusions, les informations reçues n’auront que peu de sens, car les inflammations passent avec elles et sans elles.

Une attention particulière doit être portée à la présence possible de microorganismes pathogènes tels que:

  • Trichomonas;
  • gonocoque.

En général, ils ne devraient pas figurer dans les résultats, mais comme ils se sont révélés, il s'agit alors d'une preuve presque directe de prostatite.

En outre, le mycélium du champignon ne devrait pas se faire sentir, si tout va bien pour la santé sexuelle masculine. Dès qu'il est semé, cela signifie automatiquement une infection fongique du tissu glandulaire ou une lésion de format mixte, qui prend généralement plus de temps à guérir.

Assurez-vous d'inclure une note sur la microflore pathogène conditionnelle dans les résultats. La norme est un nombre unique de cocci, ainsi que des variétés de certains bâtons qui font partie du corps humain. Mais le dépassement des paramètres maximaux admissibles indique que le processus d’inflammation de nature non spécifique a commencé dans le corps.

Si nécessaire, le médecin peut demander un examen supplémentaire du secret, ce qui implique de vérifier la présence d'un symptôme de fougère. Pour cela, l’assistant de laboratoire ajoute une dose microscopique de solution physiologique de chlorure de sodium au jus du patient recueilli sur une lame de verre.

La mesure vise à confirmer certains écarts possibles. Mais pour cela, vous devez d'abord sécher le médicament, puis l'examiner à l'aide d'un microscope optique. Si la composition du secret présente des anomalies physiques ou chimiques atypiques, les molécules de chlorure de sodium précipitent. Parallèlement à cela, ils forment un motif qui rappelle certaines des empreintes d'une feuille de fougère.

Quand suspecter une maladie

Il existe plusieurs types de prostatites, qui diffèrent entre eux par la gravité de l'évolution de la maladie, la source première de la lésion, ainsi que par les caractéristiques distinctives du secret.

La capacité à déchiffrer correctement les informations obtenues à partir des résultats d’une analyse clinique permettra de reconnaître la variante bactérienne aiguë de la maladie. La première chose qui indique le problème est la couleur brun-jaune et complètement trouble de la sécrétion de la prostate. L’assistant de laboratoire notera également que l’odeur de matériel biologique s’est avérée douceâtre et que la réaction à l’acidité a donné un pH complètement acide.

Les suspicions vont ajouter un niveau de globules blancs, qui atteint la moitié dans le champ de vision du diagnosticien. Mais les éléments épithéliaux atteignent le niveau de 1/3 à 1/4 dans le champ de vision. Les cristaux de Betther ont une place à être, en même temps, des grains de lécithine sont trouvés séparément.

Le dernier aspect en faveur d'un diagnostic décevant concerne les corpuscules de Trusso-Lalleman, qui ne sont rien de plus que des moulages de suc de la prostate.

Le tableau clinique de la prostatite chronique de forme bactérienne est un peu différent. Ici aussi, il conserve une couleur jaune brunâtre, seule une couleur rougeâtre avec de la turbidité se mélange.

L'image de la phase aiguë est identifiée par l'odeur, l'acidité et les globules blancs. Mais le globule rouge passe de 20 à 35 unités dans le champ de vision. Le niveau de cellules épithéliales est de ½, mais elles sont complétées par des macrophages, qui peuvent compter plus d'une douzaine.

Considérons séparément les situations d’une maladie chronique de type non bactérien, dans lesquelles la gamme d’indications varie de manière plus significative. Mais, même après avoir déchiffré votre propre résultat, vous devez toujours le montrer à votre médecin. Cela sera nécessaire pour poursuivre la préparation du traitement et la rééducation.

Loading...